بسم الله الرحمن الرحيم
و الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

A-Jamâl – La Beauté Diviné

Dans la langue Arabe :
al-Jamâl : distinction qui se remarque dans les choses et qui suscite la gaieté dans les âmes accompagné d’un sentiment d’harmonie et de bon agencement. Al-Jamâl est par ailleurs l’une des trois considérations auxquelles renvoient les règles régissant la voie des gens du soufisme : al-Jamâl (la Beauté), al-Haqq (la Vérité) et al-Khayr (le Bon).
[al-Mou’jam al-‘Arabiy al-Assâssiy]

Dans la Tariqa Karkariya :
Il s’agit de la manifestation la plus belle de l’Essence au travers des Noms et des Attributs divins. C’est l’illumination, par la Lumière de l’Aimé, de l’œil du cœur du serviteur, jusqu’à ce qu’il ne voie plus dans l’existence que la Beauté du Vrai, qu’il ne voie, qu’il n’entende, qu’il ne bouge et qu’il ne s’immobilise si ce n’est par Lui. A ce moment-là se lèvera pour lui la notion de laideur, selon la bonne compréhension du verset Coranique : « Dis : « Tout est d’Allah. » »
[sourate al-Nisâ’, verset 78].

Lorsque l’égo se sera dissipé en la Présence du Vrai, l’univers se parera d’une Lumière de Beauté divine, et alors il apparaîtra que la laideur n’est en réalité qu’une notion et une attribution explicative, et que la laideur considérée ainsi n’est que beauté dans son sens réel… une fois arrivé à ce stade de perception, tout est et demeure comme provenant d’Allâh.

La Beauté (al-Jamâl) est la manifestation de la miséricorde et de la clémence, et de par la prévalence de cette miséricorde, la Beauté divine devint la cause de la création de l’univers, faisant de lui son joyau et la matérialisation de la Perfection même.La Beauté se divise en deux catégories.

La Beauté Absolue (al-Jamâl al-Moutlaq) :

Il s’agit là de la Beauté divine représenté par Sa Perfection, son Secret caché fait l’objet de la convoitise de tout chercheur de l’Amour et du désir divin au travers de la Réalité ésotérique (Haqîqa)… parce que c’est grâce à cette Beauté que l’Homme devint le vicaire d’Allâh sur Terre, un homme créé à l’image de cette Beauté de Miséricorde. Et un Hadîth mentionné par al-Boukhariy nous dit en ce sens que Abou Houreyra rapporte que le Prophète ﷺ a dit : « Allâh a créé Adam à Son image, sa taille est de soixante bras. Lorsqu’Il le créa, Il lui dit : « Va, salue ce groupe d’ange assis là-bas et écoute quelle sera leur salutation, car elle sera ta salutation et celle de ta descendance. » Il dit : « as-salamu ‘alaykum – que la paix soit sur vous ». Ils répondirent : « as-salamu ‘alaykum wa rahmat Allâh – que la paix soit sur toi ainsi que la Miséricorde d’Allâh », en y ajoutant donc « ainsi que la Miséricorde d’Allâh ». Et tous ceux qui entreront au paradis entreront sous l’image de Adam, et la création n’a de cesse de diminuer, jusqu’à aujourd’hui. »
[Sahih al-Boukhâriy, Hadîth n°5788]

La Beauté est donc la Perfection que l’on retrouve en l’Homme Parfait (al-Insân al-Kâmil), car il s’agit de la Beauté de la Science des Noms divins, qui n’est autre que la Beauté de l’Attribut prééternel du Vrai. Celui qui le contemple, d’une vision de Lumière, n’est autre que le Vrai lui-même, qui manifesta en Son Essence l’Homme Parfait, tel un miroir au travers duquel il contemple Sa Beauté.

Pour résumer, l’univers tout entier n’est que l’expression de l’excellence de la Beauté absolue, et selon la Réalité ésotérique (Haqîqa), ce qui, dans cet univers, est considéré comme laid, est en réalité beau, et ce qui est considéré comme beau est effectivement beau. Par conséquent toute chose n’étant que le résultat de la manifestation de la Beauté divine, ne peut être que beau… Celui qui parviendra à réaliser pleinement cette considération des choses et du monde, avec réflexion et méditation sur la Beauté de l’univers, accèdera à Celui qui le fit entrer en existence… car cet univers n’est en réalité que la manifestation du Vrai… et alors, ce qui est détestable devient bon, et le désir et l’aspiration vers la Beauté de la chose conduit au Créateur de la chose.

La Beauté Restreinte (Al-Jamâl al-Mouqayyad)

Il s’agit ici de la conception de la beauté d’une chose restreinte au moment présent, et si cette chose venait à disparaître, son amour partirait avec elle… et si cette chose venait à changer ou évoluer, l’amour qu’on lui porte changerait ou évoluerait aussi… Ceci car la chose en elle-même est vouée à disparaître, tandis que la Beauté Absolue et ésotérique perdure éternellement, sans être sujette au changement… au contraire, plus les miroirs des cœurs sont purs, plus la Beauté divine vient s’y refléter, et plus son apparition y est importante… et au travers de la vision de la Beauté véritable, plus le demandeur d’Amour s’éprendra de passion, la passion véritable, dans la Beauté du Vrai.

On constate par ailleurs qu’il existe différent degrés de ravissement, selon le lustrage et la pureté du miroir du cœur… il est ainsi des gens qui contemplent la Beauté du Vrai avant la beauté de la chose, il en est d’autre qui contemplent la beauté de la chose puis la Beauté du Vrai, et d’autre encore qui contemplent la beauté de la chose et la Beauté du Vrai en même temps… et enfin, il est des gens qui contemplent la Beauté du Vrai uniquement, et il s’agit là du degré le plus élevé (sans qu’il ne soit reproché quoi que ce soit aux autres).

Sayidi ibn ‘Ata Allâh al-Iskandariy dit dans ses Hikam : « Le Vrai n’est pas voilé, c’est plutôt toi qui ne vois pas. Si une chose Le voilait, elle Le couvrirait, et si une chose pouvait Le couvrir, Son Existence pourrait être cernée… or tout ce qui cerne une chose exerce sur cette dernière une contrainte. »

Par conséquent la seul chose qui t’empêche de contempler Sa Beauté ce sont tes propres illusions. Oublie ton toi et tu Le trouveras alors plus proche de toi que tu ne l’es toi-même, Se manifestant de manière apparente et évidente par Sa Lumière.


Source: al-Kawâkib ad-Durriya fi bayân al-‘Usoûl an-Noûrâniya (Mawlânâ sidi Muhammad Fawzi al-Karkariy) – Les Fondements de la Tariqa Karkariya