بسم الله الرحمن الرحيم
و الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

La Hadra selon le Coran et la Sunna

D’un point de vue linguistique, le mot Hadra renvoie à la notion de présence, de proximité d’une chose.Quant au mot raqs (danse), on dit de quelqu’un qu’il danse lorsque celui-ci s’agite et fait bouger son corps au rythme d’une musique ou de chants. Dans la tariqa karkariya: Il s’agit du cœur Chu’aïbiy regroupant toute chose apparente de l’univers ainsi que les vérités profondes (Haqâ’iq) humaines à travers la vision, la proximité divine (al-qurb) et le dévoilement (kachf) de ce qui recouvre la réalité du secret et ce grâce aux Lumières pré-éternelles (anwâr ul-qidam).

La Hadra dans le Coran

« Ceux qui, debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Allah et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant): «Notre Seigneur! Tu n’as pas créé cela en vain. Gloire à Toi! Garde-nous du châtiment du Feu. »
[Sourate Âlu ‘Imrân, verset 191].

« Quand vous avez accompli la Ṣalāt, invoquez le nom d’Allah, debout, assis ou couchés sur vos côtés. Puis lorsque vous êtes en sécurité, accomplissez la Ṣalāt (normalement), car la Ṣalāt demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés. »
[sourate an-Nisâ’, verset 103]

« Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah. Et ces paraboles Nous les citons aux gens afin qu’ils réfléchissent. »
[sourate al-Hachr, verset 21]

Les Hadîths se référant à la Hadra

Selon Anas (radiAllâhu anhu): « Les Habacha dansaient devant le Messager d’Allâh ﷺ en disant: « Muhammadun ‘abdun sâlih : Muhammad est un sevriteur pieux ». Le Messager d’Allâh ﷺ dit alors: « que disent-ils ? » On lui répondit: « Ils disent : Muhammad est un serviteur pieux. » »
[Musnad, Ahmad ibn Hanbal, Hadîth : 12303]

Sayidunâ Aliy (radiAllâhu anhu) rapporte: « J’ai rendu visite au Prophète ﷺ  avec Ja’far (ibn Abi Talib) et Zayd (ibn Haritha). Le Prophète ﷺ dit à Zayd : « Tu es mon affranchi (anta mawlay)», et Zayd se mit à sautiller sur un pied autour du Prophète ﷺ (en arabe: hajala). Le Prophète dit alors à Ja’far : « Tu me ressembles dans ma constitution et dans mon caractère », et Ja’far se mit à sautiller derrière Zayd. Le Prophète ﷺ me dit alors : « Tu fais partie de moi et je fais partie de toi » et je me mis à sautiller derrière Ja’far. »
[Musnad, Ahmad ibn Hanbal, Hadîth : 835]

Dans un long hadîth rapporté par sayidinâ ibn ‘Abbâs (radiAllâhu ‘anhumâ), ‘Aliy ibn Abiy Tâlib, Ja’far et Zayd ibn Hâritha (radiAllâhu ‘anhum) sont un jour tombé en désaccord à propos de celui d’entre eux qui serait le plus en droit de recevoir la charge d’une femme que sayidunâ ‘Aliy avait retiré d’entre les mains des mouchrikîn de La Mecque… Le Messager d’Allâh ﷺ, qui se trouvait là, trancha donc entre eux en faveur de sayidinâ Ja’far. Le Muhaddith Muhammad ibn ‘Omar al-Wâqidiy a dit: « Et lorsqu’il ﷺ trancha en faveur de Ja’far, ce dernier se leva et se mit à sautiller sur un pied autour du Messager d’Allâh ﷺ. Il lui demanda alors : « Que fais-tu ô Ja’far ? » Il répondit : « Ô Messager d’Allâh, lorsque le Najâchiy comblait une personne, cette dernière se levait et sautillait sur un pied autour de lui ». Le Prophète dit alors : « Marie-toi avec ». Il répondit : « Il s’agit de la fille de mon frère de lait… » Le Messager d’Allâh ﷺ la maria donc à Salma ibn Abiy Salma. »
[Dala’il al-Nubouwa, al-Bayhaqiy, Hadîth 1710]

Selon Abiy Qatâdah, Anas ibn Mâlik (radiAllâhu ‘anhu) leur a transmis que le Prophète ﷺ monta sur la montagne de Uhud en compagnie de Abiy Bakr, de ‘Omar et de ‘Othmân, et celle-ci se mit à frémir (rajafa, en arabe : être saisi par un frémissement causé par un sentiment). Le Prophète ﷺ lui dit alors : « Reste immobile Uhud, car se trouvent sur toi un Prophète, un Siddîq et deux chahîd ».
[Sahîh al-Boukhâriy, Hadîth 3423]

‘AbduLlâh ibn ‘Omar (radiAllâhu ‘anhumâ) rapporte avoir entendu le Messager d’Allâh ﷺ dire du haut du minbar : « Al-Jabbâr prend dans Sa main Ses cieux et Ses terres » et de sa main le Prophète fit le geste de fermer le poing puis de l’ouvrir, après quoi il dit : « Je suis al-Jabbâr ! Je suis al-Malik ! où sont les jabbâroûn ? où sont les moutakabbiroûn ? » et disant cela, le Messager d’Allâh ﷺ se balançait de droite à gauche. Je regardais alors le minbar et le vis bouger lui aussi, au point que je me suis demandé si il n’était pas tombé avec le Messager d’Allâh ﷺ. »
[Sunan ibn Mâjah, kitâb az-zuhd, Hadîth 4273]

Sayidunâ ‘Aliy (karramAllâhu wajhah) a dit, décrivant les compagnons du Prophète ﷺ : « J’ai vu les compagnons du Messager d’Allâh, et je ne vois aujourd’hui plus personne qui ne leur soit comparable : par Allâh lorsque le matin se levait sur eux, ils avaient le visage pâle, les cheveux ébouriffés et le corps recouvert de poussière. Entre leurs yeux se trouvait la marque de leurs prosternations, après qu’ils aient passé toute la nuit à réciter le Livre d’Allâh oscillant d’arrière en avant, et invoquant Allâh en se balançant comme se balance l’arbre dans un jour de vent fort. Par Allâh, et leurs yeux s’emplissaient de larmes jusqu’à mouiller leurs habits. »
[Huliyat ul-‘Awliya’, Aboû Na’îm : 118/1]


Source: al-Kawâkib ad-Durriya fi bayân al-‘Usoûl an-Noûrâniya (Mawlânâ sidi Muhammad Fawzi al-Karkariy)