بسم الله الرحمن الرحيم
و الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

Les convenances du dhikr

Selon Abiy Moûsâ (radiAllâhu anhu), le Prophète (sallAllâhu alayhi wa sallam) a dit ce qui signifie: « L’exemple de celui qui invoque son Seigneur et celui qui ne L’invoque pas est tel que l’exemple du vivant et du mort » [Sahîh al-Boukhâriy]. Selon Abiy d-Dardâ’ (radiAllâhu anhu), le Prophète (sallAllâhu alayhi wa sallam) a dit ce qui signifie: « Ne vous informerais-je pas de la meilleure de vos actions et de la plus pure d’elles auprès de votre Souverain, de celle d’entre elles qui élève le plus vos grades, de celle qui est meilleure pour vous que de dépenser l’or et l’argent et qui est meilleure pour vous que le fait que vous rencontriez vos ennemis, que vous les tuiez et qu’ils vous tuent ? » Les Compagnons ayant répondu : »Si », le Prophète reprit : « Il s’agit du) dhikr de Allâh ». Et Mu’âdh ibn Jabal (radiAllâhu ‘anhu) dit: « Il n’est pas de chose qui sauve du châtiment divin davantage que le dhikr d’Allâh. » [rapporté par at-Tirmidhiy].

Selon Sahl ibn Mu’âdh ibn Anas, selon son père, deux hommes vinrent questionner le Prophète (sallAllâhu alayhi wa sallam): « Quel est le mujâhid qui récoltera la plus grande récompense? » Il répondit: « Celui d’entre eux qui aura le plus évoqué Allâh ». Il demanda alors: « Quel est le jeûneur qui récoltera la plus grande récompense? » Il répondit: « Celui d’entre eux qui aura le plus évoqué Allâh ». Il demanda ensuite au sujet de la prière, de la zakat, du Hajj et des aumônes, et à chaque fois le Prophète (sallAllâhu alayhi wa sallam) répondit: « Celui d’entre eux qui aura le plus évoqué Allâh ». Aboû Bakr as-Siddîq dit alors à ‘Omar (radiAllâhu anhuma): « Oh Abou Hafs, les évocateurs d’Allâh ont emporté avec eux tout ce qu’il y a de mieux!». Le Messager d’Allâh (sallAllâhu alayhi wa sallam) dit alors: « Effectivement »[rapporté par at-Tabarâniy]. Le dhikr est ce qui relie l’homme à l’essentiel et permet le retour de l’esprit à l’origine jusqu’à ce qu’il dise «balâ» et s’acquitte ainsi de l’engagement qu’il a pris avec son Seigneur, conformément au verset: « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: «Ne suis-Je pas votre Seigneur ? (alastu birabbikum)» Ils répondirent: «Mais si (balâ), nous en témoignons… » [sourate al-A’râf, ayat 172].

Afin donc d’atteindre cet objectif et pour pouvoir récolter les fruits du dhikr, il faut que l’évocateur  observe certaines règles comportementales. De fait il existe soixante dix mile adab pour le dhikr, que notre Sheykh (qaddasAllâhu sirrahu) a réuni, pour nous faciliter la tâche, en vingt règles: cinq d’entre elles interviennent avant, douze s’observent durant et enfin trois après la pratique du dhikr:

Avant le dhikr

    1. Le repentir sincère
    2. Faire le ghusl ou le wudû’ et se parfumer
    3. Observer un temps de silence et de tranquillité
    4. S’apprêter à pratiquer le dhikr en bénéficiant de la force spirituelle du Sheykh, qui nous fait voir les Lumières et la mouchâhada
    5. Le fait de considérer que les fruits du dhikr que nous donne notre Sheykh proviennent du Messager d’Allâh (sallAllâhu alayhi wa sallam)

Pendant le dhikr :

  1. Etre dans un endroit pur, exempt de toute souillure
  2. Se placer dans la direction de la qibla et mettre ses mains sur ses cuisses
  3. Parfumer la pièce
  4. Porter des habits Halâl
  5. Se mettre dans une pièce sombre
  6. Fermer les yeux
  7. Penser à l’image du Sheykh et au fait que c’est de lui que provient la Lumière et la mouchâhada
  8. La sincérité dans le dhikr
  9. L’ikhlâs
  10. Le fait de vider son cœur de toute chose en dehors d’Allâh
  11. Pratiquer le dhikr de la manière demandée par le Sheykh, sans ajout ni manquement
  12. Se concentrer sur les sens du dhikr pratiqué et raconter toute mouchâhada au Sheykh

Après le dhikr

  1. Observer un moment de tranquillité, et se concentrer sur le wârid (les fruits du dhikr)
  2. Blâmer sa nafs (égo) en trois à sept degrés de manière à ce que le wârid parvienne
    au mourid comme il se doit
  3. Ne pas boire d’eau froide, de manière à ne pas éteindre la chaleur du désir de l’aspirant à Allâh

Al-wird ul-3âm

Il s’agit du wird que tout mourid Karkariy pratique à raison de deux fois par jours: une fois après la prière de Sobh et une fois après celle du Maghrib. Toute personne désirant évoquer son Seigneur et prier sur Son Prophète (sallAllâhu alayhi wa sallam) est autorisée à pratiquer ce wird dans le but de tabarrouk. Quant à celui qui voudra accéder à la ma3rifa, la connaissance de son Créateur, à la vision en état d’éveil de Ses Lumières et de Ses tajalliyât, qui voudra sortir des ténèbres de l’ignorance vers la Lumière de la science en Allâh: il faudra qu’il se déplace et vienne rencontrer le Sheykh directement.

Le Wird de la Tariqa en phonétique

Le Wird de la Tariqa en arabe


Source: al-Kawâkib ad-Durriya fi bayân al-‘Usoûl an-Noûrâniya (Mawlânâ sidi Muhammad Fawzi al-Karkariy)