بسم الله الرحمن الرحيم
و الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

Mawlid 2017 – Photos & Vidéos

Tous les Hommes vivants sur Terre, sans exception, ont réalisé un engagement dans la prééternité, où ni le temps, ni l’espace, ni les corps n’existaient. Cette bay’a a été signée pour, par, et envers Le Très-Haut ﷻ. Il est ainsi du devoir de chaque Homme de revenir vers cet engagement après la descente sur Terre de sayiduna Adam – ‘alayhi salam.

Tel était le rôle des Prophètes et Messagers (Paix sur eux, et après eux, de leurs Saints héritiers. Celui donc qui aujourd’hui prend la bay’a avec un Shaykh authentique, il ne fait en réalité que retourner à ce serment originel, en vertu de Sa Parole ﷻ : « Ceux qui te prêtent serment d’allégeance (yubayi’unaka) ne font que prêter serment à Allah (yubayi’una Allah) : la main d’Allah est au-dessus de leurs mains. Quiconque viole le serment ne le viole qu’à son propre détriment ; et quiconque remplit son engagement envers Allah, Il lui apportera bientôt une énorme récompense. » [Sourate 48, verset 10].

Sidi Shaykh nous enseigne qu’en réalité son disciple prend une seule et unique fois la bay’a avec lui, mais que le mawlid ainsi que le rite de renouvellement de la bay’a ont, entre autres, pour objectif de faire passer le disciple de l’état d’insouciance vers l’éveil. C’est-à-dire qu’il se remémore en permanence que par sa bay’a avec le Shaykh, il a réalisé un retour vers un acte sacré, élevé et très ancien. Par ailleurs, c’est une occasion pour le disciple de repartir sur des bonnes bases avec son wird.

Voilà quelques raisons pour lesquelles dans la Tariqa Karkariya, à chaque mawlid, il est du devoir du disciple de se réunir avec ses frères auprès de son Shaykh à la zawiya. C’est tout simplement un moment de fête, la fête des musulmans, la fête des croyants, la fête des amoureux.

Préparation

La particularité du mawlid 2017, c’est qu’un public important était attendu en plus des disciples du Maroc et du reste du monde. Le public comprend principalement la famille des disciples, les voisins, les connaissances et tous les curieux qui passent par là.

C’est donc une tente qui fut installée sur le terrain juste à côté de la zawiya, et ce sont tous les disciples qui ont mis la main à la patte pour les préparatifs, sous le contrôle du Shaykh bien évidemment.

Photo

Cortège d’accueil

Comme à chaque mawlid, les disciples de Bergam, Oujda, Taourit, et autres villes du Maroc se réunissent pour se faire accueillir par le Shaykh et les disciples, près de la mosquée non loin de la zawiya.

De l’autre côté, de la zawiya jusqu’au point d’accueil (près de la mosquée) le Shaykh et les disciples derrière lui effectuent une marche accompagnée de dhikr. Après les embrassades, c’est le chemin inverse qui est fait sous les chants de qasa’id (poèmes).

Photo

Coran, évocation et poésie

Après le repas et la récitation des sourates, c’est le wird Karkariy qui est pratiqué en chœur.

Le dhikr est alors enchaîné par les chants de qasa’id faisant éloge d’Allah ﷻ et son Messager ﷺ. Ce sont ces chants de qasa’id qui éveillent l’aspiration et l’élan spirituel dans le cœur du disciple : c’est l’introduction à la hadra (danse soufie).

Le public comme chaque année est invité à participer aux chants.

Voici en vidéo les qasaid (poèmes) chantées.

Photo

Hadra

Avec la présence importante de disciples, le cercle de la hadra était grand et composé lui-même de plusieurs cercles intérieurs. C’est évidemment, comme à chaque hadra, le père de sidi Shaykh, sidi hajj Tayeb, qui clôture la séance par des du’a.

La vidéo de la hadra

La deuxième partie de la hadra.

Photo

Intervention

Le mawlid est une occasion pour chaque disciple de présenter un témoignage s’il le désire, une anecdote sur son cheminement, un enseignement sur la Tariqa ou sur le fait de fêter le mawlid.

Cette année, du côté des francophones, c’est sidi Muhammad Florian qui s’est illustré par une musique jouée au Duduk, un instrument arménien très ancien.

Les disciples parisiens, quant à eux, ont présenté une pièce de théâtre basée sur un conte, une histoire sage de Farid al-Din ‘Attar reprise de son recueil : La Conférence des oiseaux. Dans cette pièce, des oiseaux troublés dans leur quête du Simorgh (le But Ultime) se confrontent à leurs défauts face à la Huppe, symbolisant le Shaykh.

La pièce de théâtre fut présentée sur un fond musical joué par sidi Muhammad Florian à l’aide de son Duduk.

La musique du Duduk

Le langage des oiseaux

Photo

Repas

Enfin, la soirée – du moins pour le public – se conclut par un repas généreux pour le bonheur des grands et des petits.

Photo

Renouvellement de la bay’a

La fête du mawlid 2017 se finit définitivement lorsque tous les disciples renouvellent leur bay’a en émettant une intention sincère et corrigée. Sidi Shaykh fait suivre la séance par des du’a (invocation).

Photo

Qu’Allâh illumine, jusqu’au prochain mawlid,
notre quotidiens, nos adorations, notre lien avec Lui.