بسم الله الرحمن الرحيم 
و الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين
La Scission (fasl) et la Jonction (wasl)

Le Secret de la ma’rifa est un isthme entre la chose et son ombre, entre la négation et l’affirmation, entre la présence et l’absence, entre oui et non… et la personne ayant accédé à ce Secret a certainement réalisé la réunion de ce qui est en apparence opposé, raison pour laquelle on parle de Scission (fasl) et de Jonction (wasl).
Allâh –subhânahu wa ta’ala- dit :
« Nous avons certes créé l’homme dans la forme la plus parfaite. Ensuite, Nous l’avons ramené au niveau le plus bas » [sourate at-Tîn, verset 4/5]
Ici la « la forme la plus parfaite » désigne la Jonction pure et parfaite, tandis que « le niveau le plus bas » renvoie à la Scission totale. La Scission est donc ce qui est en apparence bas et vil, et la Jonction est ce qui est noble et élevé. L’un ne peut pas aller sans l’autre, ils sont tous deux étroitement liés, de telle sorte qu’il ne peut y avoir de Jonction qu’après Scission, et il ne pourrait y avoir de Scission sans Jonction…
 
Allâh –ta’ala- a donc insufflé en l’homme de Son Esprit (roûh), puis Il l’éprouva en lui attribuant un égo (nafs) et en dotant chacun des deux de soldats préparés et équipés. On retrouve ainsi dans les Sagesses de ibn ‘Ata Allâh al-Iskandariy:
« La Lumière constitue les soldats du cœur, de même que les ténèbres sont les soldats de l’égo. Lorsque Allâh décide de venir en aide à l’un de Ses serviteurs, Il pourvoit ce dernier en soldats de Lumière et interrompt l’afflux de ténèbres et de futilités. »
 
Allâh -ta’ala- dit : « Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi : Il les fait sortir des ténèbres à la Lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs le Tâghoût, qui les font sortir de la Lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement. » [sourate al-Baqara, verset 257]
La Lumière divine est le Secret de la Jonction (wasl) et la forme apparente de la Sainteté dont Allâh dote Son serviteur. Quant aux ténèbres, elles correspondent au degré spirituel de la Scission (fasl), celui du Taghout et de ses soldats.

Sayiduna Hudhayfa dit: « J’ai entendu le Messager d’Allâh (sallAllâhu ‘alayhi wa sallam) dire: « Les épreuves et les tentations sont exposées au cœur l’une après l’autre, à l’image de la natte dont les joncs se suivent les uns les autres… tout cœur qui s’y penche verra apparaître en lui un point noir et tout cœur qui les repoussera verra apparaître en lui un point blanc, jusqu’à ce que les cœurs soient partagés en deux catégories: un cœur blanc de pureté auquel aucune tentation ne causera de mal tant qu’existeront les cieux et la Terre. Quant à l’autre, noir tel un récipient vide, il ne reconnaît pas ce qui est bon, ne rejette pas ce qui est mauvais et ne boit que là où le guide sa passion. » [Sahîh Mouslim, Hadîth n°211]
 
Tout point Lumineux laisse place à une Jonction (wasl) de Sainteté entre le Seigneur et Son serviteur, et si cette Lumière se manifeste dans le cœur de manière ininterrompue elle donnera place à un cœur pur, Lumineux et empreint de Vérité. Et de même que le Nom al-Rahmân (le Miséricordieux) S’est établi sur le Trône, le Nom divin « Allâh » S’est établi sur le cœur du croyant.

Et à l’inverse, tout point noir suscite la Scission (fasl) et l’éloignement du divin, et si cette noirceur persiste elle donnera place à l’arbre de Zaqqoûm (arbre de l’enfer), l’arbre répugnant dont les fruits sont semblables à des têtes de diables.

Allâh -ta’ala- dit dans le Coran : « Puis, au moment de partir (fasala*) avec les troupes, Tâloûte dit : «Voici : Allah va vous éprouver par une rivière : quiconque y boira ne sera plus des miens ; et quiconque n’y goûtera pas sera des miens ; – passe pour celui qui y puisera un coup dans le creux de sa main.»
Ils en burent, sauf un petit nombre d’entre eux. Puis, lorsqu’ils l’eurent traversée, lui et ceux des croyants qui l’accompagnaient, ils dirent : «Nous voilà sans force aujourd’hui contre Jâloûte et ses troupes !»
Ceux qui étaient convaincus qu’ils auraient à rencontrer Allah dirent : «Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d’Allah, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Allah est avec les endurants»
Et quand ils affrontèrent Jâloûte et ses troupes, ils dirent : «Seigneur ! Accorde nous l’endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle». Ils les mirent en déroute, par la grâce d’Allah. Daoud tua Jâloûte ; Allah lui donna la royauté et la sagesse, et Il lui enseigna ce qu’Il voulut.
Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la Faveur pour les mondes. »
[sourate al-Baqara, versets 249/251]
(* fasala : référence à la Scission (fasl) )

Avant de donner les explications découlant de ces versets, je place entre tes mains une règle qu’il te faudra saisir fermement : si tu l’appliques à toi même, tu accèderas à la compréhension du Livre d’Allâh -‘azza wa jall-, tu pourras plonger dans ses sens ésotériques et tu respireras de ses Secrets les plus précis.
Cette règle est : « Ne sors pas de ta tombe ». C’est à dire tiens-toi en à ton propre corps, car en toi fut plié et réuni l’univers tout entier ainsi que son ésotérisme, en toi se trouvent l’ensemble des Noms divins et leurs Secrets. Tu es la forme apparente et manifestée des opposés deux-à-deux, tu es l’isthme des deux mers, tu es le seigneur de ce monde et de l’au-delà… ne t’imagines donc pas que tu n’es qu’un être insignifiant, car en toi fut réuni le monde supérieur.

Nous disons :
Lorsque Tâloût scinda (fasala*) l’esprit de ses hommes, Allâh les éprouva par le fleuve des passions basses et viles de la Scission. L’esprit s’adressa alors aux soldats et leur dit : « Allah va vous éprouver par une rivière : quiconque y boira ne sera plus des miens », c’est à dire n’est pas du monde de l’esprit et du dévoilement. « Et quiconque n’y goûtera pas sera des miens », ce qui signifie de mon monde, il jouit donc de mes Lumières et de mes théophanies « passe pour celui qui y puisera un coup dans le creux de sa main » en fonction de ce que tolère la Sagesse et la sunna consistant à faire les choses petit à petit.

« Ils en burent »c’est à dire les gens dominés par l’égo ainsi que ceux pour lesquels fut écrit la Scission (fasl) au travers de la force les rattachant à elle. Le cœur et l’essence de ce fleuve n’est autre que la nature humaine elle-même. « sauf un petit nombre d’entre eux » ce sont là l’intellect et le cœur ainsi que ceux qui les suivirent d’entre les sens physiques, et ils traversèrent ainsi la rivière du Tâghoût et ses ténèbres. Alors l’Esprit insuffla en eux la Certitude (yaqîn) et ils dirent : « Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d’Allah, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Allah est avec les endurants ». Lorsque ensuite ils se tinrent face à l’ennemi Jâloûte, qui n’est autre que la nafs enjoignant au mal et ses soldats, « ils dirent ô Seigneur accorde nous l’endurance » des Connaissant « et affermis nos pas » parmi le groupe des pieux. « Ils les mirent alors en déroute, par la grâce d’Allâh », et Daoud, l’intellect, tua la passion de Jâloûte, soit l’égo et le maître qui tenait leurs rênes. L’intellect prit alors possession des terres de son propre corps par le Secret du ciel spirituel, le cœur s’appropria les soldats liés aux sens et à tout ce qui occupe la pensée, et par sa propre essence, il accéda à la Connaissance de l’Essence. 

 

 

Sourceal-Kawâkib ad-Durriya fi bayân al-‘Usoûl an-Noûrâniya (Mawlânâ sidi Muhammad Fawzi al-Karkariy)