بسم الله الرحمن الرحيم 
و الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين
 
 
L’Essence Divine (ad-Dhât)
 
Définition dans la langue arabe:
« dhât ul-chay’ = l’essence d’une chose » désigne la chose en elle même.
Selon la définition du dictionnaire arabe al-Mu’jam al-‘Arabiy al-Assâssiy:
al-dhat: réalité de ce qui existe ainsi que de ses composants, contrairement aux accidents qui entrent en existence.
 
Définition au sein de la Tariqa Karkariya:
al-dhât désigne ce qui est nommé, source de toute chose, qui subsiste par Lui-même, qui ne peut être appréhendé d’aucune manière qui soit, Lui qui ne peut ni être décrit ni par ce qui est néant, ni par ce qui existe. Al-dhât est l’inconnu de l’inconnu, le coeur de ce qui est caché, la raison de l’apparition et de la manifestation des Noms, des Attributs et des éléments de description du divin, manifestations fondées sur des choses en elle-même inexistantes.
 
« L’Essence divine relève de ce qui est inconnu (ghayb) à propos de l’Unique et dont tous les mots pour en parler sont effectifs d’un certain point de vue mais incomplets selon plusieurs autres. On ne peut la concevoir au travers de la compréhension de mots ou d’expressions et elle ne peut être appréhendée par des signes spécifiques, ceci parce que une chose en elle même ne peut être comprise qu’au travers d’une autre chose, soit similaire, soit contraire… Or il n’est aucune chose dans l’existence qui soit similaire ou contraire à Son Essence » [Sheykh AbdelKarîm al-Jîliy – Al-Insân ul-Kâmil fi ma’rifati l-Awâkhir wa l-Awâ`il]
 
La compréhension, la conception et la connaissance d’une chose inconnue ne sont donc accessibles qu’au travers de la comparaison: soit à ce qui est similaire, soit à ce qui est contraire. Or il se trouve qu’en ce qui concerne l’Essence divine, rien de ce qui lui serait similaire ou contraire n’Existe… Par conséquent de deux choses l’une:
 
– La reconnaissance de son incapacité à accéder à la Compréhension est la Compréhension même, et il fut dit en ce sens sous forme de vers:
 
La reconnaissance de son incapacité à accéder à la Compréhension est la Compréhension même     ///     Et la recherche du Secret de l’Essence du Secret constitue de associationnisme (shirk)
Dans les secrets des aspirations spirituelles humaines se trouvent des aspirations     ///     que ni les djinn ni les anges ne peuvent cerner
 
– Il n’est de véritable Être Existant si ce n’est Allâh Lui-même, et en ce sens Mawlay ‘Abdessalâm ibn Machîch dit un jour à Mawlay Abou al-Hassan al-Shâdhiliy (radiAllâhu ‘anhumâ):
« O Abou l-Hassan, affute la vision de la foi et tu verras Allâh en toute chose, auprès de toute chose, avec toute chose, avant toute chose, après toute chose, au-dessus de toute chose, en dessous de toute chose, proche de toute chose et englobant toute chose; d’une proximité qu’Il a Lui-même décrite. Quant à Son Omniprésence englobante, il s’agit d’une qualification qui Lui sied et qui Lui est propre, exempt d’extrémités et de limites, exempt de lieu et de direction, sans que Sa compagnie et Sa proximité ne soient question de distance, et sans que Son Omniprésence n’encercle les créatures… Et efface toute chose par Sa propre description de Lui-même: Il est Al-Awwal (le Premier) et Al-Akhir (le Dernier), Il est Al-Dhâhir (l’Apparent) et Al-Bâtin (le Dernier), huwa huwa huwa… Allâh était et rien n’était avec Lui, et Il est aujourd’hui tel qu’Il a toujours été »
 
Et l’Imâm al-Jîliy (qaddas Allâhu sirrahu) dit dans l’un de ses poèmes:

L’œil ne peut Le percevoir, ni les limites Le délimiter     ///     pas plus que ne peut Le concevoir la description de celui qui jouit de Sa Proximité

Ses expressions se sont fatiguées et ses signes se sont perdus     ///     son corps s’est effondré, celui dans le cœur duquel le divin S’est manifesté

Une élévation sans espace, un esprit sans ange     ///     un Roi dans le royaume de qui les Lois sont appliquées à la lettre

Un oeil sans vue, une science sans information     ///     une action sans conséquence, ses enseignements ont disparu…

Une Essence absolue, une description singulière     ///     c’est à dire listée, que l’Auteur fait lire scrupuleusement

La pureté de l’existence Lui appartient, et l’immaculé Le comprend      ///     Connaît et à la fois ignore, celui qui s’éveille de son sommeil

Si tu prétends Le Connaître, tu ne Lui reconnais pas Son droit     ///     et si tu Le renies, tu es celui qui Le Connaît par excellence

Mon Secret est Son Lui, quant à mon esprit je l’ai abandonné     ///     mon coeur est Son siège, mon corps Son serviteur

Certes, je Le Connais et en même temps j’ignore qui Il est     ///     et toute personne ayant atteint Sa Connaissance n’a fait en réalité que la perdre

Deux opposés qui furent réunis, et en même temps désunis     ///     une Source qui, lorsque l’eau en jaillit, agite violemment les rivages

 
Sourceal-Kawâkib ad-Durriya fi bayân al-‘Usoûl an-Noûrâniya (Mawlânâ sidi Muhammad Fawzi al-Karkariy)